Nouveau

Quelle langue est la plus ancienne en Inde ?

Quelle langue est la plus ancienne en Inde ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Quelle langue est la plus ancienne en Inde ?


Certaines des plus anciennes langues connues du sous-continent indien étaient le pali, le sanskrit, le brahmi et le prakrit. Le prakrit est certainement antérieur au sanskrit, mais le sanskrit a été popularisé en tant que langue "marga" ou "supérieure" par les monarques à un certain moment après l'influence "aryenne". Plusieurs écritures étaient également connues, comme Kharoshti, dérivé de l'araméen. Le "script" de la vallée de l'Indus n'a pas été déchiffré. Aucune des langues plus anciennes n'est utilisée aujourd'hui.

Les langues régionales telles que nous les connaissons aujourd'hui ont été des développements ultérieurs, dont certaines jusqu'au XIe siècle de notre ère. Ces langues étaient dérivées à la fois du sanskrit et des racines dravidiques. Le tamoul, le kannada, le télougou montrent des racines dravidiques plus importantes que l'hindi, le bengali ou l'oriya, qui montrent une plus grande influence sanscrite.

Le sanskrit, cependant, est encore étudié par beaucoup pour des raisons académiques et religieuses. Par déduction, de plus petits groupes de spécialistes étudient également les autres langues archaïques. Mais ceux-ci ne sont pas utilisés même dans la mesure où le sanskrit l'est.

La division des États sur la base de la langue est un phénomène post-indépendance et a été bricolé à partir de nombreux royaumes, États princiers, présidences britanniques et autres divisions politiques non linguistiques.

Bien qu'il ait été critiqué par beaucoup comme « source de division », d'autres l'ont salué comme une expérience réussie.


Sept langues les plus anciennes du monde encore utilisées

Il fut un temps où les êtres humains communiquaient par des gestes et des sons oraux primitifs. Le concept de langage structuré a vu le jour il y a environ 10 000 ans via les écritures. L'origine de la première langue est très débattue car il existe plusieurs moyens de communication qui peuvent être attribués à la langue. Cependant, les linguistes ont étudié des milliers de langues et sont arrivés à la conclusion que l'âge d'une langue doit être calculé par sa première apparition dans les textes et son utilisation contemporaine.

Tenant compte de cela, nous vous proposons sept des langues les plus anciennes au monde qui sont encore largement utilisées :

Tamil: Origine (selon la première apparition en tant que script) - 300 avant JC

Source de l'image : outil de suggestion de mots clés gratuit

Le premier exemple de la langue remonte à 300 avant JC, mais on pense que son origine remonte à environ 2500 avant JC. Dans le monde d'aujourd'hui, environ 78 millions de personnes dans le monde parlent tamoul. C'est ce fait d'utilité contemporaine qui fait du tamoul la langue la plus ancienne au monde.

Sanskrit: Origine (selon la première apparition en tant que script) - 2000 av.

Source de l'image : ZetaBoards

Considéré comme la « langue des dieux », le sanskrit est l'ancienne langue de l'Inde. Le premier exemple de cette langue peut être trouvé au deuxième millénaire avant JC. La langue est encore parlée par un petit groupe de personnes. L'influence du sanskrit sur plusieurs langues occidentales est connue de tous. Le langage de base des ordinateurs a également été construit selon les principes du sanskrit

Grec: Origine (selon la première apparition en tant que script) - 1500 avant JC

Source de l'image : nativlang.com

Il était une fois tous les éminents philosophes et érudits du monde pensaient, parlaient et écrivaient le grec. La langue remonte à environ 1500 av. À l'heure actuelle, environ 13 millions de personnes vivent en Grèce et à Chypre. Il est également reconnu comme langue officielle par l'Union européenne

Chinois: Origine (selon la première apparition en tant que script) - 1250 av.

Source de l'image : topchinatravel.com

Le chinois est la langue maternelle du plus grand nombre de personnes dans le monde. Environ 1,2 milliard de personnes considèrent le chinois comme leur première langue. L'origine de la langue remonte à 1250 avant JC à la fin de la dynastie Shang. Avec le tamoul, le chinois est l'une des langues les plus anciennes au monde ayant cette valeur contemporaine.

Hébreu: Origine (selon la première apparition en tant que script) - 1000 avant JC

Source de l'image : Histoire de la Bible en ligne

Beaucoup pensent que l'hébreu est utilisé depuis 5000 ans. Cependant, le premier exemple d'hébreu a été trouvé vers 1000 avant JC. La langue a cessé d'être une langue parlée de 200 EC à 400 EC. À l'heure actuelle, environ 9 millions de personnes parlent l'hébreu dans le monde

Latin: Origine (selon la première apparition en tant que script) - 75 avant JC

Source de l'image : Biblical-data.org

Le latin est l'une des plus anciennes langues classiques qui ont survécu à travers les vents du temps. Comme le sanskrit, le latin a également influencé de nombreuses langues au fil du temps. La première apparition de cette langue remonte à l'époque de l'Empire romain, qui s'est formé vers 75 av. Le latin est toujours la langue officielle de la Pologne et de la Cité du Vatican et est encore appris par des millions de personnes dans le monde.

Arabe: Origine (selon la première apparition en tant que script) - 512 CE

Source de l'image : Arabes

À l'heure actuelle, environ 290 millions de personnes considèrent l'arabe comme leur première langue. Le premier exemple d'inscription arabe remonte à 512 CE. Les pays du Moyen-Orient comme les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite, le Liban, la Syrie, l'Irak, l'Iran, Israël, l'Égypte, la Jordanie, le Koweït, Oman et d'autres utilisent l'arabe pour les documents officiels et le considèrent comme leur langue maternelle.


HISTOIRE DE LA LANGUE SANSKRIT

Le sanskrit est l'une des langues les plus anciennes connues depuis des milliers d'années. On l'appelle aussi "Dev Vani" (la langue des dieux) car il est dit que Brahma a introduit cette langue aux Sages des corps célestes. On pense que la langue sanskrite est issue de la famille des langues indo-européennes du sous-continent indien. Ce n'était qu'au 18 ème siècle, une similitude entre le sanskrit, le latin et le grec a été trouvée, ce qui a amené les groupes de réflexion du monde à étudier et à découvrir la relation de toutes les langues indo-européennes.Assez de preuves doivent encore être rassemblées pour accepter l'origine indienne de la langue sanskrite.


10 langues écrites les plus anciennes du monde (mise à jour 2021)

Les humains conservent des archives depuis plusieurs millénaires, comme en témoignent certaines des peintures rupestres les plus anciennes du monde et d'autres artefacts anciens. Cependant, les premiers vrais systèmes d'écriture ont émergé avec les premières civilisations modernes il y a plus de 5 000 ans. Ces premiers systèmes d'écriture ont influencé les scripts écrits plus tard. Certaines langues écrites modernes peuvent même retracer leurs racines jusqu'à ces premiers textes. La plupart des langues écrites de cette liste ont été déchiffrées, tandis que d'autres sont encore largement un mystère.

Veuillez noter que nous avons choisi d'exclure tous les systèmes d'écriture proto ou supposés qui ont été remis en question et peuvent même ne pas être de véritables langues écrites, comme l'écriture Indus ou les symboles Vinča. Bien que ces symboles datent de beaucoup plus tôt que les langues écrites de cette liste, personne ne sait avec certitude s'ils représentaient réellement une forme d'écriture structurelle, ils ont donc été omis.

10. Script d'os d'Oracle

Année de création ou date du plus ancien texte connu : c.1250 (mais probablement beaucoup plus tôt)
Utilisé par (langues) : Chinois archaïque
Période de temps: Âge du bronze Chine
Taper: Logographique
Direction: De haut en bas

source de la photo : Wikimedia Commons via BabelStone

L'écriture en os d'oracle est l'un des plus anciens systèmes d'écriture directement liés à une langue écrite moderne. Datant d'environ 1250 av.

Comme son nom l'indique, l'écriture en os d'oracle se trouve sur les os d'oracle (os d'animaux ou plastrons de tortue utilisés en divination). La plupart des exemples connus d'écriture en os d'oracle ont été découverts sur le site archéologique de Yinxu (aujourd'hui Anyang, province du Henan). Les textes sont des divinations pyromantiques des neuf derniers rois de la dynastie Shang. Vers le 1 er millénaire avant notre ère, l'écriture en os d'oracle est devenue moins courante.

Le saviez-vous?

Alors que l'écriture en os d'oracle est la première forme connue d'écriture chinoise, les historiens pensent qu'il existait un système d'écriture avant l'écriture en os d'oracle, car c'est un système bien développé. Cependant, aucun texte antérieur à la dynastie Shang n'a été trouvé.

9. Hiéroglyphes luwiens

Année de création ou date du plus ancien texte connu : vers 1400 avant notre ère
Utilisé par (langues) : Luwian
Période de temps: c.1400 avant notre ère à 700 avant notre ère
Taper: Logographique
Direction: Variable

source de la photo : Wikimedia Commons via Osama Shukir Muhammed Amin FRCP (Glasg)

Les hiéroglyphes luwiens étaient utilisés dans l'Anatolie de l'âge du bronze (Turquie moderne) et étaient liés à la langue et à l'écriture hittites. Alors que le hittite était basé sur l'écriture cunéiforme akkadienne, le luwian était un système d'écriture indigène développé pour la langue luwienne.

Lorsqu'il a été découvert pour la première fois, Hieroglyphic Luwian s'appelait Hieroglyphic Hittite parce que les premières tablettes ont été trouvées dans les archives de la capitale Hittitle de Hattusa (aujourd'hui Boğazköy). Après que les tablettes aient été déchiffrées, il a été déterminé que le script représentait Luwian et non Hittite. Les Luwians faisaient partie d'un royaume distinct voisin de l'empire hittite. Les Hittites utilisaient à la fois leurs propres hiéroglyphes cunéiformes et luwiens.

Le saviez-vous?

Après la chute de l'Empire hittite, aucune preuve de Luwian n'a existé pendant deux cents ans, mais les hiéroglyphes Luwian ont été relancés et utilisés par les dirigeants des cités-États néo-hittites du sud de l'Anatolie et de ce qui est maintenant le nord de la Syrie.

8. Linéaire B

Année de création ou date du plus ancien texte connu : vers 1500 avant notre ère
Utilisé par (langues) : Grecs mycéniens
Période de temps: vers 1500 à 1200 avant notre ère
Taper: Syllabique
Direction: Variable

source de la photo : Wikimedia Commons via vintagedept

Le linéaire B est l'un des systèmes d'écriture grecs les plus anciens et a été utilisé par les Grecs mycéniens de 1500 à 1200 avant notre ère. Bien que les tablettes linéaires B aient été découvertes au début du 20 e siècle, les textes n'ont été déchiffrés qu'au début des années 1950. Michael Ventris, un architecte intéressé par la linguistique, et John Chadwork ont ​​découvert que le linéaire B représentait une langue grecque archaïque.

De nombreux sons grecs courants sont absents du linéaire B, mais les érudits modernes ont finalement compris comment le système d'écriture fonctionnait en étudiant les dialectes grecs ultérieurs. Ils ont découvert qu'au lieu d'utiliser des symboles différents pour chaque son, des sons similaires étaient représentés par un seul symbole.

Le saviez-vous?

Les tablettes linéaires B connues ne sont pour la plupart que d'anciens enregistrements comptables de listes de matériaux et de marchandises.

7. Cunéiforme hittite

Année de création ou date du plus ancien texte connu : vers 1700 avant notre ère
Utilisé par (langues) : Hittites
Période de temps: vers 1700 à 1100 avant notre ère
Taper: Logophoentique
Direction: Variable

source de la photo : Wikimedia Commons via M. Granger

L'écriture cunéiforme hittite était utilisée par les Hittites qui vivaient dans l'ancienne Anatolie (partie de la Turquie actuelle). Comme plusieurs peuples avant eux, les Hittites ont adopté l'écriture cunéiforme akkadienne, qui a emprunté le système d'écriture cunéiforme aux Sumériens. Les Hittites ont emprunté environ 375 signes à l'écriture cunéiforme akkadienne.

L'empire hittite a duré jusqu'au 12 e siècle avant notre ère et l'écriture cunéiforme hittite s'est éteinte lorsque l'empire l'a fait. Les descendants de l'aristocratie hittite ont cessé d'utiliser le cunéiforme hittite et ont plutôt utilisé les hiéroglyphes luwiens associés.

Le saviez-vous?

L'étude de l'écriture cunéiforme hittite et de la langue luwienne étroitement liée a aidé les linguistes modernes à comprendre le proto-indo-européen, la langue maternelle supposée de toutes les langues indo-européennes.

6. Linéaire A

Année de création ou date du plus ancien texte connu : vers 1800 avant notre ère
Utilisé par (langues) : Minoens (peuple de Crète)
Période de temps: vers 1800 à 1400 avant notre ère
Taper: Non déchiffré, considéré comme idéographique et syllabique
Direction: Variable

source photo : Wikimedia Commons via Zde

Le linéaire A est l'un des deux systèmes d'écriture non déchiffrés utilisés par les Minoens de Crète de 1800 à 1400 avant notre ère. Avec les hiéroglyphes crétois, le linéaire A est l'un des premiers systèmes d'écriture européens. Comme on ne sait pas grand-chose sur les hiéroglyphes linéaires A ou crétois, ils auraient pu faire partie du même système d'écriture même si les scripts sont très différents.

En plus d'être peut-être lié aux hiéroglyphes crétois, le linéaire A ressemble au linéaire B, qui était utilisé par les Grecs mycéniens. Cependant, après avoir comparé les deux langues, les linguistes ont conclu que le linéaire A ne représente pas une langue grecque connue.

Le saviez-vous?

Le linéaire A se compose d'environ 90 symboles différents.

5. Hiéroglyphes crétois

Année de création ou date du plus ancien texte connu : vers 2100
Utilisé par (langues) : Minoens (peuple de Crète)
Période de temps: c.2100 à 1700 avant notre ère
Taper: Non déchiffré, considéré comme idéographique avec une composante syllabique
Direction: Variable

source de la photo : Wikimedia Commons via Ingo Pini

Les hiéroglyphes crétois étaient le premier système d'écriture utilisé par les Minoens, qui sont considérés comme la première culture alphabétisée d'Europe. On ne sait pas grand-chose sur les hiéroglyphes crétois et la langue n'a pas été déchiffrée bien qu'elle ait été largement étudiée. La raison pour laquelle les hiéroglyphes crétois n'ont pas été traduits est que les quelques exemples connus du texte sont très courts.

Les hiéroglyphes crétois apparaissaient le plus souvent sur des sceaux d'argile, qui montraient très probablement les noms des personnes qui possédaient les objets sur lesquels se trouvent les sceaux. La plupart des hiéroglyphes crétois connus semblent être pictographiques et ornementaux, mais quelques exemples contiennent un texte plus linéaire - cela n'a fait qu'ajouter à la difficulté de déchiffrer les hiéroglyphes crétois.

Le saviez-vous?

En plus d'être non déchiffrés, on ne sait pas quelle langue parlée les hiéroglyphes crétois représentaient.

4. Cunéiforme élamite

Année de création ou date du plus ancien texte connu : vers 2200 avant notre ère
Utilisé par (langues) : Élamites
Période de temps: c.2200 avant notre ère à 400 avant notre ère
Taper: Syllabaire
Direction: De gauche à droite

source de la photo : Wikimedia Commons via Rama

L'écriture cunéiforme élamite a été directement influencée par l'écriture cunéiforme akkadienne, mais n'était pas aussi complexe et utilisait moins de symboles. Il existe deux variantes de l'élamaïte cunéiforme, celle dérivée de l'akkadien, qui a été utilisée du 3 e au 2 e millénaire avant notre ère et la forme simplifiée utilisée au 1 er millénaire avant notre ère.

Les deux variantes de l'écriture cunéiforme élamite sont similaires, mais la forme simplifiée utilisait moins d'écritures. Comparé à l'écriture cunéiforme akkadienne, qui comportait des centaines de symboles différents, l'écriture cunéiforme élamite n'avait qu'environ 130 à 206 signes différents. Les tablettes élamites les plus célèbres proviennent des rois perses achéménides, qui datent de la fin du 1 er millénaire avant notre ère et ont été écrites en trois langues : vieux persan, babylonien et élamite. Ces tablettes ont été utilisées pour déchiffrer le cunéiforme élamite.

Le saviez-vous?

Il existe environ 20 000 tablettes et fragments élamites connus et ce sont principalement des documents économiques.

3. Cunéiforme akkadienne

Année de création ou date du plus ancien texte connu : vers 2500 avant notre ère
Utilisé par (langues) : Akkadiens
Période de temps: c.2500 avant notre ère à 100 CE
Taper: syllabique et logographique
Direction: De gauche à droite

source photo : Wikimedia Commons via le musée du Louvre

Alors que le sumérien et l'akkadien étaient deux langues très différentes, les Akkadiens, qui vivaient au nord des Sumériens, ont adopté le système d'écriture cunéiforme et l'ont finalement transformé. Les Akkadiens ont commencé à utiliser le cunéiforme vers 2500 avant notre ère et ont continué à utiliser le système d'écriture pendant les siècles suivants.

Les Akkadiens ont simplifié les pictogrammes cunéiformes sumériens et ont fait de leur mieux pour adapter le cunéiforme à leur langue sémitique. Il y a entre 700 et 800 symboles en cunéiforme akkadien, mais seulement 200 à 400 environ étaient couramment utilisés.

Le saviez-vous?

L'akkadien est finalement devenu la langue dominante dans l'ancienne Mésopotamie (à partir d'environ 2300 avant notre ère) et est devenu plus tard les langues babylonienne et assyrienne.

2. Hiéroglyphes égyptiens

Année de création ou date du plus ancien texte connu : vers 3200 avant notre ère
Utilisé par (langues) : Les anciens Egyptiens
Période de temps: c.3200 avant notre ère à 400 CE
Taper: Syllabe et logographie utilisables comme abjad
Direction: De gauche à droite

source photo : Flickr via Arild Finne Nybø

De tous les premiers systèmes d'écriture, aucun n'est plus populaire ou aussi élégant que les hiéroglyphes égyptiens. En fait, les Grecs pensaient que les symboles égyptiens étaient si beaux et sacrés qu'ils les appelaient « écriture sainte » ou hiéroglyphes, du grec hiéro ‘saint’ et glyphe ‘écriture.’ Les anciens Égyptiens croyaient également que leur écriture avait été inventée par les dieux et l'appelaient medu netjer (‘les mots des dieux’’).

Bien que personne ne sache avec certitude quand les Égyptiens ont commencé à utiliser des hiéroglyphes, le plus ancien exemple définitivement daté date d'environ 3200 avant notre ère. Comme de nombreuses langues écrites anciennes, les gens ont oublié comment lire les hiéroglyphes pendant plusieurs siècles après qu'ils soient tombés en désuétude. Les hiéroglyphes égyptiens n'ont été traduits que dans les années 1820 par Jean-François Champollion, avec l'aide de la célèbre pierre de Rosette.

Le saviez-vous?

Bien que les hiéroglyphes égyptiens soient des images, chaque symbole représente en fait une consonne, c'est ce qu'on appelle un système d'écriture abjad.

1. Cunéiforme

Année de création ou date du plus ancien texte connu : vers 3200 avant notre ère
Utilisé par (langues) : Sumériens et Akkadiens
Période de temps: c.31e siècle avant notre ère au 1er siècle de notre ère
Taper: Logographique et syllabique
Direction: De gauche à droite

source de la photo : Wikimedia Commons via Gavin Collins

Alors qu'il y avait quelques systèmes de proto-écriture qui utilisaient principalement des symboles plus anciens, Cunéiforme est largement reconnu comme la plus ancienne langue écrite au monde. L'écriture cunéiforme a d'abord été développée par l'une des premières civilisations modernes du monde, les Sumériens du sud de la Mésopotamie, vers 3200 avant notre ère.

L'utilisation du cunéiforme a duré plus de 3 000 ans et a inspiré de nombreux premiers systèmes d'écriture dans d'autres parties de la Mésopotamie. Finalement, l'alphabet cunéiforme a été remplacé par l'alphabet phénicien et il s'est éteint vers le 1er siècle de notre ère. Pendant de nombreux siècles après cela, personne ne savait lire le cunéiforme. La langue a finalement été lentement reconstituée en déchiffrant des mots répétitifs (comme « roi ») en persan au cours du 19 e siècle.

Le saviez-vous?

Des milliers de tablettes cunéiformes ont été découvertes et elles contiennent certaines des lois, recettes et lettres personnelles et commerciales les plus anciennes au monde, y compris la plus ancienne plainte de client.


Sanskrit ou tamoul, quelle est la langue la plus ancienne ?

les gens qui ont émigré d'Afrique n'étaient que des Australoïdes sans culture ni langue. ils étaient pour la plupart des tribus.

Ce type est un Dravidien d'IVC

Cette fille est Australoid d'IVC

la plupart des Dravidiens qui ont migré vers le sud donnent leur langue et leur culture aux Australoïdes et se sont mélangés avec eux. mais comme vous pouvez le voir, ils étaient minoritaires (très probablement) 1% de l'Asie du Sud avant leur extinction.

fondamentalement, nous pouvons dire que les Asiatiques de l'Ouest ont civilisé le peuple de l'Inde du Sud, car avant que les Dravidiens en petit groupe n'aient migré vers le sud de l'Inde (mer si les Australoïdes) il n'y avait pas de culture autochtone là-bas.

nous pouvons voir même modèle dans la migration indo-aryenne (Brahmanes, Kshatriya) vers l'Inde du Sud.

mais cette fois, la langue dravidienne était déjà (merci aux Dravidiens d'Asie occidentale) donc autochtones (Australoïdes) Influence sanscrite acceptée (mots d'emprunt) dans leur Adopté Langues.

@Copperknickers @Aatreya @Bhrigu

Aatréya

pas dravidiens, australoïdes. Les Dravidiens étaient des peuples caucasiens d'Asie occidentale qui ont émigré en Inde.

les gens qui ont émigré d'Afrique n'étaient que des Australoïdes sans culture ni langue. ils étaient pour la plupart des tribus.

Ce type est un Dravidien d'IVC

Cette fille est Australoid d'IVC

la plupart des Dravidiens qui ont migré vers le sud donnent leur langue et leur culture aux Australoïdes et se sont mélangés avec eux. mais comme vous pouvez le voir, ils étaient majoritairement minoritaires à 1% de l'Asie du Sud avant leur extinction.

en gros, on peut dire que les Asiatiques occidentaux sont des peuples civilisés de l'Inde du Sud.

@Copperknickers @Aatreya @Bhrigu

S'il vous plaît, ne me comptez pas parmi ceux qui croient que les Indiens ont obtenu la civilisation du Moyen-Orient. Je crois fermement à la civilisation indigène de l'Inde et à la théorie Out of India.

Ma conviction est que les langues de l'Inde du Nord et de l'Inde du Sud sont des développements d'une langue proto indienne, qui pourrait avoir des Chandas védiques comme l'une de ses saveurs.

Je n'ai aucune considération pour l'AIT/AMT et la théorie proto-indo-européenne existante. AIT/AMT est la mère de tous les complexes indésirables que les Indiens ont, et c'est la théorie la plus fausse que j'ai rencontrée.

Aham Brahmasmi

La civilisation indienne est-elle indienne, comment peut-elle être moyen-orientale ?

Tomar Rajput

S'il vous plaît, ne me comptez pas parmi ceux qui croient que les Indiens ont obtenu la civilisation du Moyen-Orient. Je crois fermement à la civilisation indigène de l'Inde et à la théorie Out of India.

Ma conviction est que les langues de l'Inde du Nord et de l'Inde du Sud sont des développements d'une langue proto-indienne, qui pourrait avoir des Chandas védiques comme l'une de ses saveurs.

Je n'ai aucune considération pour l'AIT/AMT et la théorie proto-indo-européenne existante. AIT/AMT est la mère de tous les complexes indésirables que les Indiens ont, et c'est la théorie la plus fausse que j'ai rencontrée.

Culotte de cuivre

pas dravidiens, australoïdes. Les Dravidiens étaient des peuples caucasiens d'Asie occidentale qui ont émigré en Inde.

les gens qui ont émigré d'Afrique n'étaient que des Australoïdes sans culture ni langue. ils étaient pour la plupart des tribus.

De toute évidence, les Australoïdes avaient une culture et une langue, tous les humains ont une culture et une langue. Nous ne savons rien d'eux parce qu'ils étaient analphabètes.


Culture indienne

La religion en Inde

Environ 80% hindou, 14% musulman, avec des minorités sikh, chrétienne, jaïn, parsi et bouddhiste.

Conventions sociales en Inde

La salutation hindoue traditionnelle consiste à croiser les mains, à incliner la tête en avant et à dire Namaste. Les femmes indiennes préfèrent généralement ne pas se serrer la main. Tous les visiteurs sont priés de retirer leurs chaussures lorsqu'ils pénètrent dans les lieux de culte religieux. La plupart des Indiens enlèvent également leurs chaussures lorsqu'ils entrent dans leurs maisons, les visiteurs doivent emboîter le pas. De nombreux hindous sont végétariens et beaucoup, en particulier les femmes, ne boivent pas d'alcool. La plupart des Sikhs et des Parsis ne fument pas. Les femmes doivent s'habiller modestement et les hommes doivent également s'habiller avec respect. Les femmes ne devraient pas porter de jupes courtes et de vêtements moulants ou révélateurs, bien qu'il existe une approche plus décontractée des vêtements à Goa.


Langue ancienne en Inde

La première forme de sanskrit se trouve dans le Rig Veda. Après la composition du Rig Veda, la langue sanskrite s'est rapidement développée. La grammaire s'est considérablement simplifiée tout en restant complexe. Lorsque le besoin s'est fait sentir d'une prononciation et d'une compréhension correctes de la signification des anciens textes védiques, en particulier à une époque où de nombreux mots nouveaux provenant de sources non aryennes ont été introduits, l'Inde a développé la science de la phonétique et de la grammaire. On croyait aussi qu'à moins que les textes védiques ne soient récités très précisément, cela porterait malheur au lecteur.

La grande grammaire de Panini, l'Ashtadhyayi, a très probablement été composée vers le IVe siècle av. On peut affirmer qu'avec Panini la langue a atteint son plus haut niveau de développement et par la suite il n'y a eu d'amélioration que dans son vocabulaire. Côte à côte, les sons du sanskrit ont été analysés avec une précision remarquable. Les voyelles et les consonnes étaient toutes classées de manière très scientifique selon leur mode de production. La grammaire de Panini peut être décrite à juste titre comme l'une des plus grandes réalisations de toute civilisation. Panini avait formulé quelque 4000 règles grammaticales. Les textes de grammaire indienne ultérieurs ne pouvaient être que des commentaires sur l'œuvre incomparable de Panini. Le sanskrit s'est répandu dans d'autres régions du pays, notamment dans des pays comme le Cambodge et le Srilanka.

Lorsque le bouddhisme est devenu une nouvelle religion, les gens ont commencé à parler des langues beaucoup plus simples que le sanskrit. Ceux-ci étaient connus sous le nom de Prakrit. Dans la période pré-Gupta, les inscriptions, en particulier la série des édits d'Ashoka, sont en Prakrit. Les prakrits étaient plus simples que le sanskrit en ce qui concerne à la fois le son et la grammaire. L'un des premiers Prakrit d'une importance considérable était le Pali qui est devenu la langue d'une secte des bouddhistes.

Le tamoul est la plus ancienne des langues dravidiennes avec une littérature remontant aux premiers siècles après le début de l'ère chrétienne. Ces langues forment un groupe indépendant avec un caractère distinctif. Dès les premiers temps, le tamoul a été affecté par le sanskrit. La littérature tamoule ancienne contient relativement peu de mots du sanskrit et ils ont été adaptés au système phonétique tamoul.


Quelles langues sont parlées en Inde ?

Avec plus de 1,35 milliard d'habitants, la République de l'Inde a la deuxième population la plus élevée au monde. Il possède également la septième masse continentale la plus élevée avec 1,27 million de miles carrés (3,29 millions de kilomètres carrés). Bien que l'hindi et l'anglais soient les langues nationales officielles du gouvernement du pays, il existe plusieurs centaines de langues parlées dans tout le pays d'Asie du Sud avec de nombreux dialectes de ses langues les plus courantes dans différentes régions. À l'exception de l'anglais, ce sont les cinq langues les plus parlées en Inde aujourd'hui.

1. Hindi - 528 millions de locuteurs

Après le mandarin, l'espagnol et l'anglais, l'hindi est la quatrième langue maternelle la plus répandue dans le monde, parlée par environ 41% des personnes en Inde. Descendant du sanskrit, l'hindi a été influencé par plusieurs langues au cours des siècles, notamment les langues dravidiennes, l'arabe, le portugais, l'anglais, le persan et le turc. Il existe plusieurs dialectes qui diffèrent entre les variantes est et ouest de la langue.

Ces dernières années, des efforts ont été déployés pour faire de l'hindi la langue la plus parlée à l'intérieur des frontières de l'Inde par des mesures qui comprenaient le changement des chiffres sur les notes en roupies en script Devanagari, qui est utilisé pour écrire l'hindi en plus de plusieurs autres langues maternelles, et la signalisation des jalons. sur les autoroutes du Tamil Nadu, où d'autres langues sont plus répandues, sont passés de l'anglais à l'hindi.

2. Bengali - 97 millions de locuteurs

Également connu sous le nom de Bangla par les locuteurs natifs, le bengali est la langue officielle du Bangladesh et la plus parlée dans les États indiens du Bengale occidental, du Bas-Assam et de Tripura. Parlé par 8% des citoyens indiens, le bengali détient le titre de cinquième langue maternelle la plus parlée au monde. Comme l'hindi, il a évolué à partir du sanskrit, ainsi que du pali et du prakrit avec des influences de nombreuses autres langues, dont le persan, le portugais, le néerlandais, le français et l'anglais. Il est maintenant divisé en huit groupes disparates selon la situation géographique.

Un panneau routier avec des noms de destination en hindi et en anglais. L'anglais est couramment utilisé en Inde car de nombreux Indiens le parlent comme deuxième ou même troisième langue. Crédit image : Animai/Shutterstock

3. Marathi - 83 millions de locuteurs

Censé avoir plus de 1 300 ans, le marathi est parlé par environ 7 % des Indiens et est la langue officielle des États des régions occidentales du pays, notamment Goa et Maharashtra. Comme d'autres langues indiennes, le marathi descend du sanskrit et est composé d'au moins 42 dialectes régionaux, dont certains ressemblent à l'hindi oriental par le son et la structure. Ses racines peuvent également être trouvées dans des langues indiennes comme le konkani, le goanese, le deccan, le gowlan, l'ikrani et le varhadi-Nagpuri.

4. Telugu - 81 millions de locuteurs

Le télougou, une langue dravidienne, se trouve principalement dans les États indiens d'Andhra Pradesh, de Telangana et de Yanam, ainsi que dans les îles Andaman et Nicobar, Karnataka, Tamil Nadu, Maharashtra, Chattisgarh et Odisha. Ses premières inscriptions connues apparaissent sur des pièces de 400 avant notre ère, qui contiennent des mots telugu, et la première inscription entièrement écrite dans la langue a été créée en 575 après JC. On suppose que cela a été fait par Renati Cholas, qui était connu pour avoir écrit des proclamations royales dans la langue plutôt que dans le sanskrit traditionnel.

5. Tamoul - 67 millions de locuteurs

Comme le télougou, le tamoul a des racines dravidiennes et est parlé par près de 6% des citoyens indiens, en plus d'être une langue officielle à Singapour et au Sri Lanka et une langue minoritaire reconnue dans des pays comme la Malaisie, Maurice et l'Afrique du Sud. Il est remarquable comme l'une des langues les plus anciennes du monde moderne, avec une histoire littéraire remontant à au moins 2 000 ans. Il est couramment parlé dans le sud de l'Inde, principalement dans l'État du Tamil Nadu et le territoire de l'Union indienne de Pondichéry. Ses premières transcriptions connues remontent à 500 avant notre ère, la littérature apparaissant vers 300 après JC sous sa forme originale, le vieux tamoul.


Quelle langue est la plus ancienne en Inde ? - Histoire

Y a-t-il un lien entre
Ancienne langue indienne et hébraïque ?

Un universitaire trouve des preuves convaincantes de
ancienne influence indienne à l'échelle mondiale.

Si vous aviez été cartographe et géographe travaillant pour la Compagnie britannique des Indes orientales aux XVIIe et XVIIIe siècles, vous auriez trouvé dans toute l'Inde des milliers de noms de lieux de type hébreu avec des significations similaires dans les deux langues également. L'extrait de carte sur cette page montre une petite section de l'ancienne Seuna-Desa (Terre de Sion) dans ce qui est maintenant Maharashtra (à droite). En bas à droite de l'extrait se trouve la ville de Paithan, sur les rives de la rivière Godivari. Les Indo-Hébreux nommèrent la partie de la rivière passant par le territoire de Paithan Paithan (Pison, Phison), selon leurs traditions. Dans le coin supérieur gauche se trouve la ville de Satana. Selon les légendes des Yadavas (Indo-Hébreux), Satana aurait rendu jaloux les habitants de Sodome et de Gomorah. Les Seunas et les Satanas décidèrent de résoudre leurs différends moraux et religieux sur le champ de bataille. Les forces de "Satan" ont perdu, mais leur défaite ne les a pas découragés. Finalement, nous en sommes venus à penser à "Satan" comme à un être qui a perdu la bataille mais pas la guerre. La bible nous dit qu'un tel traité de paix n'a pas encore été signé entre ces deux anciens ennemis.

Dans cette partie de l'Inde, le plus saint des saints pour les Indiens, les noms de nombreuses villes se terminent par l'appendice gaon. En hébreu, gaon signifie "génie grand savant rabbinique". Dans cette région se trouve également une zone qui était autrefois la préférée de la royauté Yadava : Nashik, le nom hébreu exact de « Prince royal ». Satan est près du district appelé Khandesh (Terre de Caïn). Il y a aussi un Kodesh. Kod et Khad sont des termes sanskrits pour « Premier », « Le commencement » ou « Dieu ». En hébreu, Khadesh = "Le premier jour d'un mois du calendrier juif." Notez que tous ces noms ont des significations et des connotations religieuses similaires dans les deux langues. J'invite mes lecteurs à enquêter sur cette anomalie par eux-mêmes.

La similitude de ces noms indiens et hébreux a certainement traumatisé les colons européens. Ne voulant pas admettre que les Juifs n'avaient jamais germé spontanément dans le désert d'Arabie, ou venaient de l'espace comme je l'ai lu récemment, mais venaient de l'Est comme la Bible elle-même nous le dit, ils ont simplement effacé ces questions de leur esprit ou se sont convaincus qu'ils étaient des "coïncidences", même si les "coïncidences" se comptaient par milliers et étaient éparpillées dans toutes les régions de l'Inde.

Un érudit britannique du XIXe siècle explique pourquoi le monde occidental n'a jamais appris les origines indiennes des Juifs.

Bien qu'il ne soit généralement pas connu de nos jours, Godfrey Higgins (1772-1833), archéologue, homme politique, humanitaire, réformateur social et auteur, était l'un des hommes les plus éclairés et les plus éduqués de l'Angleterre du début du XIXe siècle. C'était un iconoclaste bien connu, rationaliste et admirateur des Juifs, qui s'opposait avec véhémence à toute forme de persécution de cet ancien groupe religieux. Il a écrit deux volumes surdimensionnés, totalisant environ 1600 pages de petits caractères, sur les origines indiennes des Juifs. Ces deux volumes, intitulés Anacalypsis, sont extrêmement rares. La dernière impression a été réalisée en 1965 par University Books, NY. C'est un livre difficile à lire parce que l'auteur a minutieusement prouvé les moindres détails de sa thèse. Même les bons lecteurs ont besoin de plusieurs semaines pour le terminer.

Le premier tirage ne comprenait que 200 exemplaires, dont vingt qu'il dut donner. Seuls quelques-uns des 180 exemplaires restants ont été vendus. Pendant près de trente ans, les communautés religieuses d'Angleterre et d'Europe ont discrètement supprimé le livre. It has since been reprinted three times, but including the first printing, the total copies printed never totaled over a thousand. Only occasionally can it be found in a library. Even so, many authors have quoted and plagiarized it. Not a few spiritual charlatans, such as fraudulent mystics, psychics, and the Presbyterian preacher who wrote the novel on which The Book of Mormon is based, used Anacalypsis to produce their respective heresies and agendas. The famous 19th century mystic and founder of Theosophy, Madam Blavatsky, took advantage of the world's nearly total ignorance of this magnificent document, using much of Higgin's information, to convince the gullible that she had acquired her "mystical knowledge" from "otherworldly" sources called "Akashic records."

Godfrey Higgins gave an opinion that I have always espoused, which explains in part why the similarities of peoples, languages, philosophies, and place names between India and the Middle East became lost to the memory of mankind after Christianity and Islam took over the West.

"The outlines of the history of the extended empires, which I have here exhibited, would have been more conspicuous had our makers of maps and histories recorded the names of the places as they must have appeared to them. But from their native religious prejudices and necessary ignorance of the nature of the history, it seemed to them absurd to believe, that there should be places or persons in the East having exactly the same names as places and persons in the West and to avoid the feared ridicule of their contemporaries, which in fact in opposition to the plainest evidence, and which they themselves could not entirely resist, that they thought well-founded, they have, as much as possible disguised the names. Thus, that which otherwise they would have called David-pouri, they called Daud-poutr, Solomon, Soleiman Johnguior, Jahanguior, etc., etc. In the same way, without any wrong intention, they have been induced to secrete the truth, in many cases, from themselves, by hastily adopting the idea that the old Jewish names of places have been given by the modern Saracens or Turks, the erroneousness of which a moment's unprejudiced consideration would have shewn. I shall here merely add, that. I have observed. a great similarity in the countries where the tribes of Judah were settled in the East and in the West. The Western country seems, as much as possible, to have been accommodated by the Eastern. " (Vol. I, pp. 437-438.)

"When Mahmud of Gazna, the first Mohammedan conqueror, attacked Lahore, he found it defended by a native Hindoo prince called Daood or David. This single fact is enough to settle the question of the places not being named by Mohamedans." (Vol. I p. 432.)

"I beg my reader to look at the ruins of the ancient cities of India: Agra, Delhi, Oude, Mundore, etc., which have many of them been much larger than London, the last for instance, 37 miles in circumference, built in the oldest style of architecture in the world, the Cyclopean, and I think he must at once see the absurdity of the little Jewish mountain tribe (the "Lost Tribes") being the founders of such a mass of cities. We must also consider that we have almost all the places of India in Western Syria. I think no one can help seeing that these circumstances are to be accounted for in no other way than by the supposition that there was in very ancient times one universal superstition, which was carried all over the world by emigrating tribes, and that they were originally from Upper India." (Vol. I p. 432.)

". the natives of Cashmere as well as those of Afghanistan, pretending to be descended from the Jews, give pedigrees of their kings reigning in their present country up to the sun and the moon, and along with this, they shew you the Temples still standing, built by Solomon, statues of Noah, and other Jewish Patriarchs. the traditions of the Afghans tell them, that they are descended from the tribe of Ioudi or Yuda, and in this they are right, for it is the tribe of Joudi noticed by Eusebius to have existed before the Son of Jacob in Western Syria was born, the Joudi of Oude, and from which tribe the Western Jews with the Brahmin (Abraham) descended and migrated. (Vol. I p. 740.)

"In the valley of Cashmere, on a hill close to the lake, are the ruins of a temple of Solomon. The history states that Solomon, finding the valley all covered with water except this hill, which was an island, opened the passage in the mountains and let most of it out, thus giving to Cashmere its beautiful plains. The temple which is built on the hill is called Tucht Suliman. Afterwards Forster says, 'Previously to the Mahometan conquest of India, Kashmere was celebrated for the learning of the Brahmins and the magnificent construction of its temple.' Now what am I to make of this? Were these Brahmans Jews, or the Jews Brahmins? The inadvertent way in which Forster states the fact precludes all idea of deceit.

"The Tuct Soliman of Cashmere in the time of Bernier, was described by him to be in ruins, and to have been a temple of the idolaters and not of the Mohamedans. The Mohamedans reported that it was built by Solomon, in very ancient times. All this at once does away with the pretence that it was a building of the modern Mohamedans and is a strong confirmation of the Jewish nature of the other names of the towns - Yuda-poor, Iod-pore, etc., etc. Bernier goes on to say. that the name of Mousa or Moses is common among the natives, that Moses died at Cashmere, and that they yet show the ruins of his tomb near the town. This is curious when connected with the fact, that the Jews of Western Syria say, no one ever knew where he was buried." (Vol. I p. 771.)

An article in the April, 1997 issue of the Jewish magazine Moment discusses the possibility that a heavy Jewish presence once dominated India.

"A tribe of Sunni Moslems called the Pathans, now living in parts of Pakistan, number at least 15 million. The Pathan language bears traces of biblical Hebrew, and the Pathans themselves claim lineage from King Saul. They are said to follow, in varying degrees of observance, some 21 'Jewish' customs, including lighting candles on Friday night, wearing a four-cornered prayer garment, and performing circumcision on the eighth day.

Then there are the Kashmiris from Northern India, who number about five million although they too are predominantly Sunni Moslems, many bear biblical-sounding names like Cleb (Caleb), Israel, Hahana, and Lavni. " (Searching for the Lost Tribes, by Winston Pickett, p. 51.)

Aramaic, a language as similar to Hebrew as Spanish is to Portuguese, originated in Afghanistan and Pakistan. Both Afghanistan and Pakistan were once part of India. Afghanistan seceded from Indian in the 1700s. Pakistan was cut out of India when the two nations were partitioned after World War II. Aramaic also is the source of modern Hebrew's square alphabet, used in Israel today. The Hebrew square alphabet and the truth that Hebrew is just an Aramaic dialect confirm the Indian origin of the Jews.

Those Christian and Jewish authorities who don't want it to be true that ten to thirty million Jews once lived in Afghanistan, Pakistan, and Northwestern India say that it is just a "coincidence" that so many tribes and places there have biblical names. Others insist that the Moslems christened all those tribes and places. As Godfrey Higgins tells us, many of those tribes and places had already received their so-called "biblical names" millenniums before Islam was a gleam in Mohammed's eyes and many centuries before those same names started showing up in the Middle East. Some of Israel's tribal and place names also started appearing in Afghanistan, Kashmir, and Northwestern India when Sargon II and Nebuchadnezzar exiled most of the Jews to that part of the world. The confusion about the origin of those tribal and place names will always exist as long as we stubbornly refuse to give the Indo-Hebrews their rightful place in history. The Aryans and Indo-Hebrews began to overrun parts of India and the Middle East around 2000 BC, perhaps more than a thousand years previously if there is any truth to the story about the progeny of Noah.

Somehow, our brainwashed minds blank out the face that the Ancient Egyptian and Akkadian names for Hebrew, Habiru and Apiru were derived from Indo-Hebrew dialects and meant "Sons of Ophir." The truth about the origins of the Hebrews has been screaming in our faces for thousands of years, but our benumbed minds have chosen not to hear it.

Linguistic Similarities Between Hebrew and Kashmiri

Holger Kersten wrote in Jesus Lived in India,

Since the ancient Jews never forced their language on the peoples in their ambience, just their religion, I concur with authors Obermeir and Hassnain on this point.

In old times, Kashmiri didn't exist as a distinct language as it does today. The Kashmiri historical treatises state that the Brahmans and Kashatriya castes spoke Sanskrit the Vaishyas and the Sudras spoke a language called Ap-Abram-Sha, which was supposed to be a degraded form of Tamil. Was this the original Asura language, or, perhaps, prototypical Hebrew? Some Hindu scholars think so. Abraham was the father of several different peoples, religions, and Semitic dialects. Abraham's influence formed at least part of the foundations of Judaism, Greek and Roman religious practices, Zoroastrianism, Hinduism, and others. When the "Lost Tribes" were taken to Northern India, they found a people with a similar religion, language, and cultural traits. It took no great effort for the "Lost Tribes" to assimilate completely. Later on, Hebrew, Dardic, Apabramsha, Sanskrit, Arabic, and other languages merged to form what we now call Kashmiri. Some scholars say that the Moslem invaders forbade the speaking of Apabramsha and Hebrew in Kashmir.

The Buddhists say that the Abhiraans spoke "Abhira." The Yadavas, the actual proto-typical Hebrews still living in India, also claim to have spoken a language called Abhiri. "The Natyasastra of Bharata described the language. as Abhiri or Sabari. It is well known that Abhiri was the language of the Abhiras." (Yadavas Through the Ages, by Yadav Singh Vol. II, p. 4.) Yadav Singh's opinion on this matter may prove to be correct. Even today, Israeli Jews whose roots sink deep into Israeli soil are called "Sabaras."

I have taken from my Kashmiri dictionary a long list of words that are similar in pronunciation and meaning to Hebrew. I could have easily provided a list containing hundreds more, many of which I shall mention in later chapters. However, I hope that the following list will convince you that the Kashmiri language, one of the most little-known languages in the world, deserves more attention and study.

Judaism and Shaivite Hinduism Share the Same Names for God.

judaïsmeShaivism
Ish Yish Is Isa Issa El Al etc.
(Suffixes and prefixes for "God")
The same in Shaivism
Yahve Jahve Tseeva (God)Shiva Shaiva Siva (God)
Elohim Elokhim (God intellectualized)Lakhimi (Goddess of Prosperity) Lokhi Lukh (Shiva)
El Shaddai (The Almighty)Saday Sada (Shiva)
Ha-Kadosh (The Holy One)Hakh-e-Kheda (God's Duty)
El Elyon (Possessor of Heaven and Earth)Il Layun (Absorption in God)
Yesoda (Dual Sexual Nature of Life)Yeshoda (Shiva's Dual Sexual Nature)

Similar sacred symbolism and iconography are associated with both the Hebrew Yah-Veh and the Kashmiri Shaiva: The Holy Trinity the flame the cherub the guardian angel the snake the bull blowing of bull's horn, etc.

Hebrew and Kashmiri Cabalistic Terminology Is About the Same.

hébreuKashmiri
Ani (he spark of life)Agni (Vedic god of fire)
Avoda (work labor)Vud Wud (skilled labor)
Ayeen (void non-being)Ayen (eternity)
Cabala (acceptance)Cabul (acceptance)
Guevara (force)Gav'r (surrounding and attacking)
Keter (crown)Kash'r (crown of the head)
Kijum (destiny)Ko-Yimi (path to death)
Klim (nothing)Kholi (nothing)
Malkuth (kingdom)Mulakh (kingdom)
Nefesh (soul)Naph's (soul spirit self)
Sephiroth (spiritual energy centers)Sipath (spiritual energy centers)
Yesu Yesh Yeh Yahu Yakhu Yah Yao Ie
(The Material Universe)
The same as in Judaism
Yesh me Ayeen (The Goal of Creation)Yech me ayen (Creation Fused to the Void)
Zohar (brilliance)Swar Svar (Heaven light brilliance)

More Linguistic Proof of the Linkage Between India and the Middle East

My investigations into the Indian origins of the Jews and Holy Land place names are not the first to have been made. In the mid-part of the 19th century, the Identification Society of London, an organization dedicated to searching for the Ten Lost Tribes of Israel, published the following list to prove that the Afghans, Tibetans, Kashmiris, and other Northwest Indian tribes are either descended from the Israelites or vice-versa. Not all the tribes, castes, and subcastes on their list have preserved their Jewishness. However, nearly all of them acknowledge their Jewish roots. As you read this list of names, remember that they exist in the area that Josephus said was peopled by the descendants of Shem. "These inhabited from Cophen, an Indian river (the Kabul river) and in part of Asia adjoining it. (Josephus. Chapter VII-4.)

Many scholars believe that the Dravidians could have been the ancestors of the prototypical Jews, the Meluhhans, who came from the Tibetan plateau or from the Turanian homeland of Central Asia - the area originally peopled by the progeny of Shem.

As Kauleshwar Rai wrote in Ancient India,

In the following list, all references to Indian tribes, castes, subcastes, and places will be listed at the left. Biblical and Hebrew names will be listed after each Indian word, accompanied by their biblical references. You will note that the comparative words are either identical or nearly identical. The differences are trivial. Even a non-linguist can notice that all these words sprang from the same source. The similarities are too abundant to be coincidental. Wanting to remain as conservative as possible, I present only a partial list. However, as conservative and brief as this list is, I believe I have presented enough examples to convince anyone that India did, indeed, at one time dominate in Bible Land.

Abri- Ibri (1 Chr. 24-27)
Amal - Amal (1 Chr. 7:35).
Asaul - Asahel (2 Chr. 17:18)
Asheriya - Asher (Gen. 30:13)
Azri - Azriel (! Chr. 5:24)
Bal. - Baal (1 Chr. 5:5)
Bala Balah - Bala (Josh. 19:3)
Bakru - Bokheru (1 Chr. 7:6)
Baktu - Baca (1 Chr. 8:38)
Banniya - Baana (1 Chr. 11:30)
Bellu - Bela (Gen. 14:9)
Bera Baru - Beerah (1 (Chr. 5:6)
Basaya - Basseiah (1 Chr. 6:40)
Beroth - Beeroth (2 Sam. 4:2)
Bilgai - Bilgah (Neh. 12:5)
Buhana - Bohan (Josh. 15:6)
Buir - Beor (Ps. 23:4)
Butt - Bath (1 Ki. 7:26)
Caleb Kleb - Caleb (1 Chr. 2:18)
Dar Dhar Darku - Dor (1 Ki. 4:11)
Dara - Dara (1 Chr. 2:6)
Dum - Dumah (1 Chr. 1:30)
Gabba - Geba (Josh. 18:24)
Gaddar - Gedor (1 Chr. 4:4)
Gadha - Gad (1 Chr. 2:2)
Gaddi - Gaddi (Nu. 13:11)v Gani Gani - Guni (1 Chr. 1:40)
Gareb - Gareb (1 Chr. 7:13)
Gomer - Gomer (Gen. 10:2)
Hahput - Hatipha (Neh. 7:56)v Iqqash - Ikkesh (1 Chr. 11:28)
Ishai - Ishui (1 Sam. 14:49)
Israel - Israel (Gen. 32:28)
Kahan Masu - Kahana Kan, Kanah (Josh. 19:28)
Kalkul - Calcol (1 Chr. 2:6)
Kanaz - Kenaz (Ju. 3:9)
Kar - Careah (2 Ki. 25:23)
Karrah - Korah (Nu. 26:9)
Kaul - Caul (Isa. 3:18)
Kadu Kaddua Khadu - Cauda (Act. 27:16)
Kotru - Keturah (Gen. 25:4)
Laddu - Lud (1 Chr. 1:17)
Lavi Laveh - Levi (1Chr. 2:1)
Magar - Magor (Jer. 22:3)
Mahlu - Mahali (Ex. 6:19)
Maikri - Machir (Josh. 17:1)
Malla Maula - Maaleh (Josh. 15:3)
Mallak - Mallouck (1 Chr. 6:44)
Matri - Matri (1 Sam. 10:21)
Meresh - Meres (Esther 1:14)
Mir - Mearah (Josh. 13:4)
Mahsa Mahsi - Massah (Ex. 17:7)
Moza - Moza (1 Chr. 7:36)
Musa - Moses
Nehru - Nahor (1 Chr. 1:26)
Opal Upal - Ophel (2 Chr. 28:3)
Pareh - Paruah (1 Ki. 4:17)
Phalu Pau - Phallu Puah Pua (Nu. 26:23)
Poot Put - Phut Put (a Chr. 1:8)
Raina - Rinnah (1 Chr. 4:20)
Raphu - Raphu (1 Ki. 11:23)
Reshu Resh Reshi - Rhesa (Luke 3:27)
Reu Reu-wal - Reu (Gen. 12:18)
Reual - Reuel (Nu. 2:14)
Sachu - Sechu (1 Sam. 19:22)
Sam - Shem (Gen. 5:32)
Sapru Sapra - Saphir (Mic. 1:11)
Seh - Siah (Neh. 7:47)
Shahmiri - Shamir (1 Chr. 24:24)
Shaul - Shaul (1 Chr. 4:24)
Shavi - Shaveh (Gen. 14:17)
Shora - Sherah (1 Chr. 7:2)
Shuah - Shuah (1 Chr. 4:11)


Origin of the Hindi language: Sanskrit and Prakrit

The Hindi language evolved from Sanskrit, an ancient Indo-European language.

Sanskrit

Based on linguistic grounds, Vedic Sanskrit could date as far back as 1500 BC. Certains oldest pieces of Hindi literature, such as some of the hymns of the Hindu compilation called the Rigveda, were written in Vedic Sanskrit.

Sanskrit sutras in the Rigveda (Devanagari script). Photo credit: unknown, Public Domain on Wikipedia Commons

Around 800 avant JC it morphed into Classical Sanskrit, a language mostly spoken by the upper class, which remained the classical literary language in India pendant longtemps. Though few still speak it, it is still taught in schools the same way that Latin is taught as the classical literary language of Europe.

Find a Hindi class anywhere in the UK.

Prakrit

Prakrit languages evolved from Vedic and Classical Sanskrit. Les earliest are attested around 500 BC les dernier environ 800 AD. Linguists differ as to whether all Middle Indo-Aryan languages should be grouped under the term Prakrit as it is, most of the Indo-European languages of India evolved from one or more of them.

Some were Dramatic Prakrits, that is to say, languages used almost exclusively for literature and plays. None of these was used in everyday speech and very often Sanskrit translations were provided so the reader could understand the dialogue. However, as Sanskrit lost ground in certain areas, some dramatic Prakrits devolved into vernacular languages, such as Maharashtra Prakrit, the ancestor of the Marathi language.

The most important Prakrit language was Ardhmagadhi Prakrit, and its grammaire is usually used as the standard to teach other Prakrits. In regions where Hindi would later be spoken, however, Sanskrit remained very popular, so that the etymology of many Hindi words comes directly from Sanskrit rather than through a Prakrit language.

The way to Hindustani

In northern India around 500 AD, les Apabhramsha dialects evolved from Prakrit. They served as a kind of lingua franca in use until the 13th century AD and were referred to as Hindavi par le Persian rulers du Delhi Sultanate who ruled large swathes of India from 1206 to 1526. The Hindi languages started branching off from Apabramsha around the 11th century AD, most of them being entirely distinct by the 12th, though in many places the Apabhramsha languages were still spoken in parallel.

It was under the Delhi Sultanate que le persan language first started mixing with the local Apabhramsha dialects to form what would later become the Hindi and Urdu language.

The Persian language influenced both Hindi and Urdu - though its mark is more evident in the latter. Photo credit: dynamosquito on VisualHunt

Dans 1526, les Moghul Empire, a persianised empire of Turko-Mongol descent, supplanted the Delhi Sultanate and ruled over much of India, allowing even more Persian loanwords to enter the language.

By the time the Moghul Empire slowly dissolved in the 18th century, Khari Boli ou Khariboli vernacular, successor dialects to the Apabhramsha languages, had replaced Persian as the common language.

The variant of Khariboli used by the upper class in northern India became known as Hindustani.


Voir la vidéo: La plus ancienne langue du monde nest pas celle que vous croyez (Décembre 2022).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos